Phos Graphos

Aller au contenu

Menu principal :

  La photo animalière


La photographie animalière consiste à prendre un cliché d'un animal, ou de plusieurs en liberté.

La déontologie de la photographie animalière exige que l'animal soit dans son milieu naturel; qu'il n'y ait aucune perturbation de la vie animale; que l'image traduise une scène naturelle, sans artifice. En ce qui me concerne, je bannis le piégeage photographique. Ce dernier n'apporte pas au photographe les saveurs de l'émotion du moment.

Un bon photographe animalier est avant tout un bon naturaliste, c'est-à-dire qu'il connaît parfaitement son sujet et mesure ses actes.

On associe plusieurs techniques de prise de vue et d'approche pour observer son sujet et le photographier dans les meilleures conditions.
Chaque technique nécessite l'utilisation d'artifices pour duper en quelque sorte son sujet. Les techniques d'affût emploient un camouflage intégral destiné à masquer complétement la forme humaine, généralement sous une tente habilement "fondue" dans l'environnement. La tenue "Ghillie" empruntée à l'armée permet de se déplacer rapidement et reproduit le relief des végétaux environnants.

Dans tous les cas la discrétion est de mise, tant au niveau visuel que sonore et olfactif.

Au niveau photographique, il est d'usage d'utiliser des focales relativement élevée (généralement du 300 au 800 mm en équivalent 24 x 36) sur des objectifs lumineux car les conditions de prise de vue sont le plus souvent difficiles. Un boîtier APS-C permet de multiplier la focale soit un 150-600 devient un 240-960 (Coefficient Canon = 1.6).
Retourner au contenu | Retourner au menu