Phos Graphos

Aller au contenu

Menu principal :

  Vivre la photographie


Comment vivre la photographie ?

En photographie, il ne suffit pas de connaître la technique sur le bout des doigts, de composer au millimètre et d’avoir le dernier cri en matière de matériel. Non, il faut aussi, et je dirais surtout, certaines qualités humaines. Je suis persuadé que certaines qualités jouent autant, et parfois plus, sur les images que la maîtrise de la technique.
 
 
La passion
 
La passion nous permet de persévérer quand on échoue, quand on est découragé. Elle nous conduit à essayer toujours de nouvelles choses, à photographier plus, à y passer du temps. Etant réellement passionné, je ne compte pas mon temps à lire des ouvrages sur les diverses techniques photographiques, à peaufiner ma composition, à passer des heures à développer mes images afin d’en ressortir de l’émotion. La passion, c’est aussi savoir composer avec la lumière qui est plus qu’un simple outil de travail, c’est l’essence même. La passion mène au plaisir, et le plaisir mène à la passion.
 
 
La sensibilité
 
Dans ce monde souvent sans pitié, la sensibilité n’est pas toujours facile à porter. Elle est même souvent décrite comme un défaut. Et on s’entend dire « Tu es beaucoup trop sensible ».  En photographie, comme dans toute passion artistique, la sensibilité est une qualité. Elle nous permet de voir le monde avec plus de saveurs, de couleurs, et surtout d’émotions.  Pour moi, l’émotion est l’ingrédient indispensable pour faire un bon cliché.
 
 
La patience
 
La photographie est de l’art. Et qui dit art, dit patience. Une photographie nécessite parfois des heures de travail. Il faut d’abord trouver un sujet intéressant avec lequel on peut transmettre de l’émotion (j’y reviens). Ensuite, il faut trouver la bonne composition, le bon angle, les bons réglages et surtout capter la lumière. Parfois, je marche des heures dans la nature sans prendre de photo. Je n’ai pas perdu mon temps car, d’une part,  je me suis retrouvé avec moi-même, et d’autre part, j’ai exercé mon œil. Mais voilà, l’émotion n’y était pas (j’y reviens encore une fois). Il faut prendre le temps de vivre ses émotions avant de les partager sur un support.
 
 
La persévérance
 
Au début, la plupart des sorties photo se traduisent par de cinglants échecs. Photo surexposée ou sous-exposée, profondeur de champ inadéquate, bougé, flouté, cadrage, etc… Il ne faut surtout pas se décourager. On ne s’améliore qu’avec de l’honnêteté et de l’abnégation. Quand une photo est mauvaise, il faut assumer. Ce n’est pas grave. Il faut beaucoup de pratique et d’humilité afin de maîtriser un tant soit peu cet art magnifique qu’est la photographie.
Retourner au contenu | Retourner au menu